Ventilation double flux haut rendement, ventilation thermodynamique, puits canadien à eau glycolée, pompe à chaleur air eau, climatisation multisplit et climatisation gainable

Airsoft Enr est le spécialiste de la vente en France de ventilation double flux haut rendement,  ventilation thermodynamique, puits canadien à eau glycolée, pompe à chaleur air eau, climatisation multisplit et climatiseur gainable.  Airsoft-enr propose une large gamme de produits performants parmi les plus grandes marques de ventilation double flux haut rendement, ventilation thermodynamique, puits canadien à eau glycolée, climatisation multisplit, climatisation gainable, pompe à chaleur air eau et radiateur électrique, vous permettant d’améliorer votre confort tout en maîtrisant votre consommation. Les solutions prêt à poser commercialisées par Airsoft Enr ont été étudiées pour apporter un grand confort d'utilisation et de faibles consommations d'énergie en construction neuve RT2012 et en rénovation de l'habitat. De plus, nous vous faisons bénéficier d’importantes remises sur les prix publics conseillés. Une équipe de conseillers est à votre écoute pour vous accompagner dans votre projet !


La vente en ligne ventilation double flux haut rendement, ventilation thermodynamique, puits canadien à eau glycolée, pompe à chaleur air eau, climatisation prêt à poser et climatisation gainable

Notre sélection de produits

Tous les produits Airsoft


UHA 05 radiateur électrique hors gel
198,00 € 2 257,00 € / none
Sonde solaire
39,90 € 2
Sonde solaire
39,90 € 2
Sonde solaire
39,90 € 2


Gamme puits canadien

Gamme ventilation double flux




Ventilation double flux décentralisée

Chauffe-eau thermodynamique




Chauffage électrique

Accessoires ventilation




Climatiseur prêt à poser sans groupe extérieur

Filtres ventilation


ELFBR 160 F7
326,00 € 2
ELF-CX 44 M5
81,00 € 2
ELFBR 125 G4
79,00 € 2
ELFBR 200 G4
95,00 € 2
ELFBR 200 F7
369,00 € 2
ELFBR 100 G4
79,00 € 2
ELFBR 100 F7
303,00 € 2
ELFBR 160 G4
86,00 € 2
CFPC-125-EU3
43,00 € 2
ELFBR 125 F7
315,00 € 2


La boutique climatiseurs mobiles

Accessoires ventilation Helios




Gamme de produits en ventilation double flux haut rendement, ventilation thermodynamique, puits canadien à eau glycolée, pompe à chaleur air eau, climatisation multisplit et climatisation gainable







Climatisation monosplit et multisplit sans groupe exterieur

ELFO

Climatiseur gainable sans groupe exterieur

ELFO



Actualités

Prix d'une vmc double flux thermodynamique

Une VMC double flux thermodynamique permet de réaliser des économies d'énergie par rapport à une VMC double flux classique ou à une ventilation mécanique simple flux, car elle intègre un système de récupération de chaleur associé à une pompe à chaleur.  

 

En effet, une vmc double flux thermodynamique permet de récupérer la chaleur de l'air extrait de la maison pour préchauffer l'air neuf entrant. Cela permet de réduire la quantité d'énergie nécessaire pour chauffer l'air neuf, car celui-ci est préchauffé par la chaleur récupérée de l'air extrait. Selon les caractéristiques de votre maison et le climat local, cela peut représenter une économie de 30% à 50% sur votre facture de chauffage.  

 

La ventilation double flux thermodynamique contribue à réduire les pertes thermiques à travers les ouvertures et les fuites d'air de la maison. En récupérant la chaleur de l'air extrait, la vmc thermodynamique permet de maintenir une température intérieure plus stable et plus confortable.

 

Une VMC thermodynamique favorise également la réduction des pertes de chaleur liées à la ventilation, car elle est équipée d'un système de récupération de chaleur à haute performance. Cela permet également de réduire la quantité d'énergie nécessaire pour chauffer la maison.  

 

Le rendement d'une vmc double flux thermodynamique dépend de plusieurs facteurs, tels que la température de l'air extérieur, la température de l'air intérieur, le débit d'air, l'efficacité de l'échangeur de chaleur, COP de la pompe à chaleur, etc. Une VMC double flux thermodynamique a donc un rendement très supérieur à celui d'une ventilation double flux classique. En effet, elle permet de récupérer la chaleur de l'air extrait pour préchauffer l'air neuf entrant, ce qui permet de réduire la consommation d'énergie pour le chauffage.  

 

Le rendement d'une VMC double flux thermodynamique est exprimé par son coefficient de performance (COP), qui correspond au rapport entre la chaleur produite et l'énergie consommée pour produire cette chaleur. Le COP global d'une VMC double flux thermodynamique peut varier en fonction de ses caractéristiques techniques, mais il est généralement compris entre 5 et 7.

Il est important de choisir une VMC double flux thermodynamique avec un rendement élevé pour maximiser les économies d'énergie et le confort de la maison. Il est également recommandé de faire appel à un professionnel pour choisir et dimensionner une installation de VMC double flux thermodynamique afin d'optimiser son rendement et son efficacité.  

 

Le prix d'un projet de VMC double flux thermodynamique dépend de plusieurs facteurs tels que la marque, le modèle, les caractéristiques techniques, la surface de votre maison et le type de gaine employé. En général, le prix d'une VMC double flux thermodynamique est un peu plus élevé que celui d'une VMC double flux classique car elle intègre un système de récupération de chaleur associé à une pompe à chaleur. Il est important de ne pas sacrifier la qualité et la performance pour obtenir le prix le plus bas possible. Il est préférable de choisir un système de ventilation thermodynamique de qualité supérieure et efficace pour garantir une bonne qualité de l'air intérieur et une réduction de votre consommation énergétique.  

 

Il est également important de prendre en compte l'étude et le dimensionnement du réseau de gaine, car une installation correcte est primordiale pour assurer le fonctionnement optimal de votre système de ventilation thermodynamique.

L'installation d'une ventilation double flux thermodynamique est un investissement à long terme pour votre maison. Le coût initial est plus élevé que celui d'une ventilation double flux classique, mais cela est compensé par d’importantes économies d'énergie sur le long terme.

 

Le retour sur investissement d'une ventilation double flux thermodynamique dépend de plusieurs facteurs, tels que le coût d'installation, le coût de l'énergie, le rendement de la ventilation, la durée de vie de l'installation qui peut varier en fonction de la qualité du matériel et de l’entretien de l'installation. En général, une ventilation thermodynamique offre des économies d'énergie significatives par rapport à une ventilation double flux classique, ce qui permet de réaliser un retour sur investissement intéressant. En général, une ventilation double flux thermodynamique à une durée de vie de 15 à 25 ans.  

Enfin, il faut aussi noter que l'installation d'une ventilation double flux thermodynamique peut augmenter la valeur de votre maison et améliorer sa performance énergétique globale, ce qui est un avantage lors de la revente. L’investissement dans une ventilation double flux thermodynamique est un investissement rentable pour votre maison si vous recherchez une solution de ventilation efficace, très économe en énergie et également bénéfique pour la valeur ajoutée à votre maison.

 

 

0 commentaires

La ventilation double flux thermodynamique est-elle compatible avec une maison passive ou RE2020?


La maison passive et RE2020 est un moyen de réduire la consommation d'énergie (low-energy-house, ou maison basse conso, ou maison basse énergie). On désigne généralement par maison passive ou RE2020 un bâtiment qui est pratiquement autonome pour ses besoins en chauffage et rafraîchissement. Il se contente des apports solaires, des apports métaboliques (habitants, machines) et d'une très bonne isolation, ce qui relègue le rôle du chauffage à un simple appoint. La norme allemande "Passivhaus" est accordée à partir d'un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an, et un besoin de moins de 50 kWh/m²/an d'énergie finale (les 15 kWh/m²/an du chauffage + l'énergie nécessaire au chauffage de l'eau chaude sanitaire + l'électricité consommée par la ventilation et le rafraîchissement + électricité domestique). Un besoin en énergie aussi faible signifie qu'en pratique ces habitations n'utilisent le système de chauffage que quelques semaines par an (et non pas qu’elles n’ont pas besoin d’un système de chauffage). En comparaison, les logements des années 1960 et 1970 nécessitent en moyenne, 320 kWh/m²/an. 

 

La norme passive et RE2020 fixe également des exigences minimales au niveau de la résistance thermique des différents éléments de l'ouvrage (murs, fenêtre, toit, etc.), cependant, il est possible d'obtenir les performances d'une maison passive et RE2020 sans pour autant respecter ces exigences. En effet, il y a deux manières de réduire les besoins énergétiques :

  • la première consiste à isoler le bâtiment pour diminuer ses pertes, c'est la surisolation, qui utilise par exemple des triples vitrages et des épaisseurs d'isolant de plusieurs dizaines de cm.
  • la seconde consiste à augmenter les apports solaires, c'est le bioclimatisme, qui cherche plus à capter mieux qu'à perdre moins (puisque l'énergie est gratuite et renouvelable).

Enfin, puisque les besoins sont diminués, la part des apports internes dus aux occupants de la maison et à leurs activités n'est plus négligeable, et au contraire devient un apport important. C'est pour ces raisons que l'on utilise le terme de "passif" car la majeure partie des besoins de chauffage et de rafraîchissement sont théoriquement remplis automatiquement, sans appareil mécanique ni surveillance ou programmation. L'inconvénient est que les performances de la maison deviennent vite dépendantes du mode de vie de ses occupants. Ceux-ci peuvent donc nuire au bilan final en utilisant mal les fenêtres ou le système de ventilation double flux (par exemple).

 

Principe de fonction

Principe I - réduire au maximum les pertes de chaleur
1- Diminuer les déperditions thermiques par transmission : pour ce faire, le coefficient de transmission thermique des parois extérieures de la construction (coefficient U) doit être inférieur à 0,15 W/m²K, voire 0,10 W/m²K. Le coefficient de transmission thermique de la fenêtre, constituée du vitrage, de son intercalaire et du châssis (Uw) doit être inférieur à 0,8 W/m²K. Le facteur solaire du vitrage doit, lui, être supérieur à 50% afin de pouvoir encore bénéficier des gains d'énergie solaire en hiver.

 

2- Diminuer les déperditions actives thermiques par ventilation : L'approvisionnement en air frais est assuré par une une ventilation double flux ou une VMC double flux thermodynamique. L'alimentation et l'extraction mécanique permettent d'optimiser la ventilation suivant les besoins, et ce, indépendamment des conditions climatiques extérieures. Pour réduire les déperditions liées à la ventilation, la « maison passive » ou RE2020 sera obligatoirement équipée d'un récupérateur de chaleur (système double flux). Le taux de récupération de l'échangeur doit être au moins égal à 80%. Pour respecter l'objectif d'efficacité énergétique, il est impératif que l'énergie de ventilation soit inférieure ou égale à 0,4 Wh par mètre cube de volume d'air acheminé. L'efficacité thermique du système de ventilation peut être améliorée par l'usage d'un échangeur air/sol (puits canadien ou puits provençal) ou eau/sol (puits canadien hydraulique) qui préchauffe en hiver et pré-rafraîchit en été l'air neuf. Il supprime aussi totalement les risques de gel de l'eau condensée dans l'échangeur récupérateur.

 

Les pertes de chaleur par transmission de l'enveloppe sont très réduites grâce à une isolation thermique renforcée si bien que les pertes calorifiques par « infiltration » d'air peuvent devenir prépondérantes et constituer la principale cause de perte de chaleur. C'est pourquoi, une attention toute particulière doit être portée à la réalisation de l'étanchéité du bâtiment, mûrs et surtout ouvertures portes et fenêtres. Il est donc indispensable d'utiliser une ventilation double flux performante ou une ventilation double flux thermodynamique afin de renouveler l'air consommé par les habitants. En effet, dans une maison étanche il faut renouveler l'oxygène et évacuer dioxyde de carbone et vapeur d'eau, ainsi que toutes les odeurs et émissions créées à l'intérieur du bâtiment (cuisine, produits de nettoyage, résidus de construction comme les solvants de peinture, vernis ou colles, aérosols et en règle générale, tous les composés organiques volatils, abrégés COV). La ventilation double flux permet donc d'empêcher l'accumulation d'éléments toxiques dans l'air qui rendraient l'intérieur particulièrement malsain.

 

Dans la plupart des maisons passives ou RE2020, l'air extérieur est au préalable préchauffé dans un échangeur à chaleur air/sol (puits canadien hydraulique ou puits provençal). Ensuite cet air préchauffé se réchauffe à nouveau dans le récupérateur de chaleur de la double flux qui extrait la chaleur de l'air sortant (un avantage majeur de l'échangeur air/sol est qu'il assure une température positive à l'entrée du récupérateur air/air et évite totalement le risque de givrage). De plus, si la double flux intègre une pompe à chaleur (ventilation double flux thermodynamique), cela permet d'ajouter les derniers degrés nécessaires au chauffage et également le confort de rafraîchissement l’été.

 

Principe II - Maximiser les gains de chaleur

Le réchauffement général a lieu passivement :

  • l'utilisation du chauffage solaire passif au travers des fenêtres ou des façades de verre ;
  • la chaleur perdue des appareils électriques et l'habitant.

Sur la base des faibles besoins en énergie de chauffage et rafraîchissement, une maison passive ou RE2020 devrait pouvoir fonctionner sans un chauffage conventionnel, mais avec un simple chauffage d'appoint comme une VMC thermodynamique.

 

Avantages

  • Conservation de la chaleur à long terme (sous réserve d'utilisation de matériaux d'isolation durables).
  • Bien moins de problèmes d'humidité (sous réserve du bon entretien de la VMC double flux).
  • Plus de confort grâce à un meilleur équilibre de la température et de l'humidité.
  • Une meilleure qualité de l'air.
  • Économiquement attrayant grâce à des coûts de chauffage et de rafraîchissement très faible.
  • Écologique: protection des ressources, émission réduite de CO2.

Deuxième pilier : La ventilation double flux

Le deuxième pilier du concept de « maison passive » ou RE2020 est la ventilation en fonction des besoins. Elle assure continuellement une parfaite qualité de l'air interne et cela indépendamment des conditions climatiques externes. C'est, en quelque sorte, «le cœur de la maison passive ou de la RE2020».

Une ventilation mécanique contrôlée (VMC) à double flux à haut rendement avec récupération de chaleur insuffle de l'air neuf dans les espaces de vie (chambre, séjour, bureau) et extrait l'air vicié des espaces utilitaires (salles d'eau et de bain, cuisine, toilette). Moyennant un échangeur de chaleur efficace, l'air neuf est préchauffé par la chaleur de l'air vicié évacué sans mélanger les flux.

Une bonne ventilation à double flux ou une VMC thermodynamique assure un renouvellement d'air adapté à l'occupation de la maison et indépendant du climat ou de la météo. Cependant, pour que le système marche convenablement, il est indispensable de laisser les fenêtres et portes fermées. En effet, l'air est insufflé dans certaines pièces et aspiré dans l'autre, il circule des unes vers les autres en passant sous les portes intérieures (qui pour cette raison doivent avoir au moins 1 cm d'espace entre le bas de la porte et le sol). Si une porte ou une fenêtre extérieure est ouverte, le flux d'air entre les pièces sera complètement modifié, les échanges ainsi créés ne passeront plus par l'échangeur et donc, la chaleur récupérable ne le sera pas. Dans une maison équipée d'une bonne VMC double-flux ou ventilation thermodynamique, la ventilation par ouverture des fenêtres est inutile, car les débits sont supérieurs aux besoins de renouvellement.

Un tel système de ventilation double flux permet de contrôler en permanence l'air introduit dans la maison (puisque l'entrée d'air est unique) ce qui permet de le filtrer et de le débarrasser de toutes particules, pollen ou agent allergène. Attention cependant, les filtres exigent un entretien régulier sous peine de réduire le débit, d'augmenter la consommation énergétique et de diffuser de l'air encore plus pollué que celui d'origine.

0 commentaires

L’indicateur Degrés.heures DH en RE 2020, le confort d’été !

Le nouvel indicateur DH de la RE 2020, informe sur le nombre de degrés-heures d’inconfort estival. Il est noté en °C.h et calculé pour chaque partie du bâtiment thermiquement homogène. Le DH exprime la durée et l’intensité des périodes d’inconfort dans le bâtiment durant une année, lorsque la température intérieure est supposée engendrer de l’inconfort pour les occupants du logement.

Selon la RE 2020, un logement est inconfortable lorsque sa température intérieure dépasse 26°C à 28°C durant la journée et 26°C durant la nuit. A partir de ces seuils, chaque heure de dépassement de température est quantifiée, puis cumulée pour définir le niveau d’inconfort du logement.


Si par exemple on mesure une température de 28°C à l’intérieur du logement durant la nuit pendant 1 heure, on multiplie la somme des écarts de température par rapport à la température de référence par le nombre d’heures de dépassement pour aboutir à une valeur de 2°C.h = (28°C – 26°C) x 1h.

 

A la différence des autres indicateurs, le DH est calculé à partir de séries de données météo qui incorporent la canicule d’août 2003, de manière à tenir compte des futures évolutions du climat.
 

L’indicateur DH est calculé que le bâtiment possède un système de refroidissement actif ou pas. Dans le cas d’un bâtiment équipé d’un système de refroidissement actif tel qu’une vmc double flux thermodynamique ou un puits canadien, on calcul l’indicateur indépendamment du système de refroidissement.

 

DH soumis à des valeurs seuil et plafond
En logement, l’indicateur DH est soumis à la fois à un seuil et à un plafond. Le seuil est fixé à DH = 350, ce qui correspond à environ 7 jours d’inconfort avec un dépassement continu de la température de confort de +2°C. Le logement est considéré comme confortable et conforme à la RE 2020 si l’indicateur DH calculé est < 350 DH.
 
Côté plafond, le DH doit être inférieur à un seuil maximal de 1250 DH. Ce seuil peut être modulé, c’est-à-dire augmenté, si le bâtiment est soumis à des contraintes de bruits extérieurs par exemple.  En effet, on considère, du fait de la nuisance sonore, que l’occupant pourra difficilement ouvrir ses fenêtres la nuit pour refroidir l’intérieur du bâtiment. Si le logement dépasse le seuil max de DH, alors il n’est pas règlementaire à la RE 2020 et sa conception doit être revue.

  

Le diable est dans l’intervalle
Si la valeur de l’indicateur DH calculé pour le bâtiment ou la maison individuelle, sans système de refroidissement actif, se situe dans l’intervalle compris entre le seuil et le plafond, par exemple 350 DH < DH Projet < 1250 DH pour une maison individuelle :

  •   la construction est conforme à la RE 2020, mais elle n’est pas qualifiée de confortable, elle est donc inconfortable vis-à-vis du confort d’été, 
  •  il lui est imposée une consommation de refroidissement « fictive » et progressive en suivant le niveau d’inconfort, c’est-à-dire selon le nombre de DH.  Plus le nombre de DH est proche de 1250 DH plus la consommation fictive sera élevée.

Cette consommation de refroidissement fictive ajoutée dans la consommation totale du bâtiment favorise l’intégration d’une ventilation double flux thermodynamique réversible (rafraîchissement actif) au projet de construction, ce qui permet d’atteindre l’objectif de confort d’été du logement.  

 

En bâtiment collectif

Selon les simulations du BE NRGYS, pour un bâtiment collectif en zone H2d (zone méditerranéenne), l’impact sur le Cep va de 0 à +8 ou +10 kWhep/m².an, selon que ce bâtiment est loin ou proche du plafond. Ce qui n’est pas du tout négligeable et peut conduire le bâtiment à ne pas respecter l’indicateur Cep,nr et donc ne pas être règlementaire.


Le but de cette consommation fictive est de pousser les concepteurs à envisager des systèmes passifs comme un puits climatique à air ou un puits hydraulique, une meilleure isolation thermique contre la chaleur, des vitrages à contrôle solaire, de meilleures protections solaires, etc. – pour descendre la valeur de l’indicateur DH calculé et améliorer le confort d’été.

 

Si le bâtiment est équipé d’un système de refroidissement actif comme un caisson double flux thermodynamique réversible dès sa conception, alors le bâtiment devra être inférieur au seuil haut et ses consommations de refroidissement réelles seront comptabilisés dans sa consommations total (Cep,nr).
 
Selon NRGYS, un bâtiment collectif neuf conçu à partir des habitudes acquises pour la RT 2012 aura systématiquement une valeur DH dans l’intervalle entre le seuil de 350 et le plafond, quelle que soit la zone climatique, sauf dans deux cas.

  •  Premièrement, en zone climatique H2c, en gros la Bretagne et le Cotentin, où l’indicateur DH calculé sera inférieur au seuil de 350 DH.
  • Deuxièmement, en zone climatique H3 et H2 où le plafond sera allègrement dépassé, la valeur calculée de DH dépassant 1900.

En raison du nouvel accent mis sur le confort d’été, les concepteurs vont devoir lui accorder au moins autant d’attention que le confort d’hiver, perdre les réflexes acquis avec la RT 2012 et en acquérir de nouveaux comme la conception d'un puits canadien.

0 commentaires